Réactions

« Un voyage intime et émouvant dans les souvenirs d’une SurVivante, un voyage au coeur de la vie ! 
Pendant plus d’une heure, Esther Mujawayo (magnifiquement interprétée par Aurore Déon) nous invite à cheminer à ses côtés et nous livre avec générosité les fragments de sa vie au Rwanda avant et après 1994 : l’insouciance de la campagne rwandaise, la passion du premier amour, les douceurs de la maternité et puis, le génocide… »

Florence Caulier, animatrice au CCLJ (Centre Communautaire Laïc Juif) à Bruxelles, Responsable des écoles

« Vous ne pouvez imaginer comme il y a maintenant un avant et un après votre pièce ; nous avons replongé le soir même ma compagne dans Survivantes et moi dans La Fleur de Stéphanie pour continuer d’entendre la voix d’Esther si formidablement transmise pendant cette soirée. J’ai envoyé le lendemain des messages à mes amis en parlant du plus beau spectacle de ma petite vie, parce qu’il n’est pas emprunt de codes attendus du théâtre actuel, ni en opposition forcée à ces mêmes codes, parce qu’il est d’une densité rare, qu’il est simplement beau, que la mise en scène est culottée et intelligente, qu’Aurore Déon est fabuleuse … »

D. M. (libraire)

« Hier soir, j’ai vraiment passé un moment fort en compagnie de Aurore Déon ( formidable) et ce texte fort et puissant qui t’emmène subtilement vers l’innommable. Bravo à vous pour la sobriété de la mise en scène. »

T. O. (comédienne)

« C’était comme ça au Rwanda, la pièce nous remet vraiment dedans, dans le Rwanda d’avant, avec nos coutumes, nos discriminations. Ça fait mal et ça fait du bien de la voir aussi.. »

C. (rescapée)

« Bravo pour ce spectacle, avec une actrice touchante et sincère. Très beau moment. Quelle leçon de vie. »

B. L. (proviseur de collège)

« Encore bravo pour ce spectacle magistral. Souâd Belhaddad est définitivement une femme phénoménale et inspirante pour nous. Toutes mes félicitations à Aurore Déon, à Marine, assistante à la mise en scène et à toute l’équipe. C’est poignant, et traite avec une infinie finesse d’un sujet indicible. On est épargné-e-s par cette tragédie et époustouflé-e-s à la fois par ce parcours de femmes, avec des moments de drôleries improbables. »

J. S. ( chargée de communication)

« C’est un spectacle utile. L’assassin, ce qu’il souhaite c’est que la victime ne se remette jamais du génocide. Là, ce n’est pas une pièce sur le génocide, c’est une pièce sur une femme. A sa sortie, ce personnage d’Esther devient pour le spectateur, la fille de son père, l’épouse de son mari, la sœur de sa sœur… Une réhabilitation. C’est une pièce sur le sacré de l’amour. Et c’est réussi avec maestria. »

D. R. (metteur en scène et comédien)

« Merci, merci, merci pour ce spectacle d’hier soir, qui nous a émus et captivés de bout en bout. CE FUT UN GRAND MOMENT. La comédienne est formidable et cette histoire, le choix des textes, la mise en scène à la fois sobre et suggestive… tout pratiquement nous a plu. J’espère vraiment que vous allez avoir autant d’occasion de le faire voir que vous le méritez. Des dates ! Des dates ! Des dates ! Des dates et des salles ! »

K. B. (journaliste)

« Je m’attendais à un spectacle dur et en fait, j’ai l’impression d’avoir fait un voyage au Rwanda. Cette femme, j’ai l’impression que je la connais, maintenant, que j’ai rencontré son père, sa mère, sa sœur. C’était très fort. »

R.D. (lycéen)

« Bravo pour ce soir. Je n’oublierai pas cette pièce. Cette actrice est trop forte, elle est incroyable. »

J. M. (sans emploi, mère de famille)

« C’est magnifique, j’ai tellement aimé. C’est la première fois de ma vie que j’allais au théâtre… »

R. J. (agente d’entretien)

« La pièce est d’une justesse inouïe, elle évite les écueils du pathos et nous plonge dans un des plus grands drames du 20ème siècle. La comédienne est seule sur scène, fabuleuse, oscillant entre humour et tragique. Ce spectacle est immanquable. »

R. S. (comédien)

Publicités

Une réflexion sur “Réactions

  1. A Esther, félicitations ma belle ! J’entends encore ta voix chanter dans ma tête… Merci, merci… Prends bien soin de toi et colporte ton message de par le monde. Il ne saurait manquer de toucher les coeurs. Je t’embrasse. Christine – Fac de Socio LLN 1985 & Amie d’Annick C.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s